Société archéologique et historique de l'île aux Tourtes

Société archéologique et historique de l'île aux Tourtes

Vous êtes ici: Accueil » Fouilles archéologiques » Conclusion
  • Page précédente : Page précédente
  • Imprimer sans les images

Conclusion

Les interventions archéologiques qui se sont déroulées depuis 1991 dans l’île aux Tourtes ont généré l'élaboration d’un corpus de renseignements qui contribue à une meilleure compréhension de l’évolution des événements et de l’estimation à la hausse de sa valeur stratégique. Ces informations comportent toutefois encore des lacunes et, en ce sens, des fouilles demeurent toujours nécessaires pour compléter l’interprétation historique de l’île.

La préhistoire sur l’île

Plusieurs sites archéologiques qui dateraient de la préhistoire ont été mis au jour durant les campagnes de fouilles. Ces résultats sont présentés dans le tableau suivant : 

Sites préhistoriques répertoriés dans l'île aux Tourtes
Site Secteur de l'île Sous-secteur Période culturelle Datation
BiFl-5 (aire C) Est de l'étranglement Nord-est Sylvicole supérieur 1000 ans - 400 ans av. J.-C.
BiFl-5 (aire D et F) Ouest de l'étranglement Sud-est Archaïque laurentien 4000 ans jusqu'à 1500 ans av. J.-C.
BiFl-5 (aire B et E) Est de l'étranglement Sud-est Fin de la période Archaïque Autour de 1000 ans av. J.-C.
BiFm-6 Ouest de l'étranglement Pointe nord Fin de la période Archaïque Autour de 1000 ans av. J.-C.
BiFm-9 Ouest de l'étranglement Nord-ouest Sylvicole supérieur 1000 ans - 1534 ans apr. J.-C.
BiFm-10 Ouest de l'étranglement Nord-est Archaïque post‑laurentien 2500 ans - 1000 ans av. J.-C.

Avant l’établissement de la mission

Plusieurs indications dans les documents écrits démontrent qu’il y avait d’intenses activités de traite dans l'est de l’île. Pourtant, aucune occupation directement associée à cette époque n’a été décelée de façon certaine. Le manque d’artefacts diagnostiques du dix-septième siècle uniquement ne permet pas d’assurer sans équivoque un peuplement eurocanadien antérieur à la mission. Il semble toutefois peu probable que l’île, qui a été occupée de la période Archaïque jusqu’au milieu du dix-huitième siècle, n’ait pas abrité des populations circulant dans le secteur à un moment où le commerce des fourrures était important.

Reconstitution du fort de l'île aux Tourtes par Marie Fournier et Simon Otis

Archéotec, Île aux Tourtes. Site BiFl‑5. Intervention archéologique de 2006. Rapport, mai 2007.

La mission

Les documents historiques ont permis de démontrer que la mission a débuté en 1704. Le premier bâtiment à avoir été construit, en 1706, était une maison servant aussi de chapelle. Par la suite, la mission s’est adjoint d’autres constructions, mais seulement à partir de 1710. À cette date, c’est l’église de pierre ainsi que le fort de pieux entourant la mission qui seront érigés. Le corps de garde et la maison des officiers auraient été bâtis ou transportés dans l’île après cette date.

Jusqu’à ce jour, aucune structure pouvant manifestement être associée à l’une de ces constructions n’a été trouvée, sauf pour les fondations de l’église. Puisqu’aucun vestige n’a été découvert, on doit utiliser d’autres éléments mis au jour lors des fouilles pour tenter de comprendre l’organisation des différentes aires d’activités au temps de la mission.

Les registres paroissiaux indiquent que Breslay officiait avant même qu’une structure soit érigée dans l’île. On estime donc qu’il utilisait probablement une chapelle portable pour célébrer les sacrements entre 1704-1706. On peut aussi supposer que le vestige 1BM9 serait la fondation de cette toute première chapelle. Cela reste à être démontré. La seule trace de la mission est la structure résiduelle de l’église. La localisation de la palissade et des autres bâtiments reste à être démontré. Les fouilles archéologiques ont testé, au fil des années, les hypothèses émises depuis le dix-neuvième siècle et aucune ne s’est avérée exacte jusqu’à maintenant. Une nouvelle théorie concernant l’emplacement du fort de pieux et son organisation interne est présentée à la suite de la campagne de 2006. Celle-ci provient des résultats des expertises antérieurs ainsi que la découverte, en 2006, du vestige 1BM9 près du coin sud-est de l’église et de sépultures derrière le mur sud de l’église. La cartographie du secteur est de l’île et l’étude de forts datés environ de la même période ont aussi été utilisées.

Hypothèse de localisation du fort de la mission et de l'aire d'occupation amérindienne

Archéotec, Île aux Tourtes. Site BiFl‑5. Intervention archéologique de 2006. Rapport, mai 2007.

Les interventions archéologiques antérieures ont permis de cerner l’aire de peuplement du village amérindien de la mission. Cette aire, qui se situe au nord-est de l’église, est probablement située à l’extérieur de l’enceinte du fort. On y retrouve une grande concentration d’artefacts, reliés à l’occupation de la mission entre 1704 et 1727, qui correspondent à des activités de la sphère domestique, de la chasse et de la religion, cette dernière dans une moindre proportion.

Après la mission

La mission de l’île aux Tourtes cesse d’être occupée à partir de 1727. De cette date jusqu’à l’érection de nouveaux bâtiments dans l’île (le cellier de Brabant ou les chalets de la famille Brown), aucun élément archéologique n’atteste une occupation durant cette période. Il n’y a peut-être pas eu d’occupation permanente entre 1727 et 1879, mais l’île a tout de même été fréquentée occasionnellement.

Les travaux liés à la construction du gazoduc ont affecté plusieurs niveaux stratigraphiques et souvent, en profondeur. Des secteurs ont été bouleversés à jamais et le seul espoir demeure l’identification de structures encore en place, mais dans des niveaux plus profonds. Le secteur ouest et le coin sud-est de l’église ont gardé, malgré les perturbations, un potentiel archéologique élevé qui pourrait répondre aux questions toujours en suspens.

Depuis 2006, aucune fouille n’a été entreprise. Des actions concrètes ont été prises pour protéger les vestiges de l’île aux Tourtes comme la pose d’une toile géotextile sur les aires de recherche et l'installation d'affiches demandant aux visiteurs de respecter le site. L’utilisation de machinerie lourde dans un périmètre raisonnable est proscrite totalement.

  • Page précédente : Page précédente
  • Retour vers le haut de la page

Société archéologique et historique de l'île aux Tourtes
51 rue Jeannotte, Vaudreuil-Dorion, Québec, J7V 6E6
450-455-5588

Une réalisation de : Isabelle Aubuchon

Site propulsé par CMS Made Simple 1.11.2.1 Isabela

Dernière mise à jour 30 octobre 2012